Robert Holdstock

30 11 2009

Robert Holdstock n’est pas mort, c’est absurde.

Pourtant, la réalité insiste.

Ça paraît difficile à croire, parce qu’il était encore relativement jeune, plutôt solide (une carrure dont l’emploi fréquent de chemises que n’auraient pas reniées des bûcherons confirmait l’impression de robustesse) et qu’on associe plus aisément le concept de mort avec des gens qu’on a vus déjà souffrants, abattus ou affaiblis. C’est idiot, bien sûr, d’autant qu’il a été victime d’une infection d’E. coli, une affection qui ne nécessite pas de prédisposition préalable.

Bref. je cherche juste à dire que je ne m’y attendais pas, et que l’idée, avant même de m’attrister, me révolte profondément. Et je n’arrive pas à l’exprimer de façon satisfaisante.

Des quelques rares discussions que j’ai eues avec lui (sur son adaptation de La Forêt d’émeraude et du curieux sabir que parlent les Indiens dans le film, sur la date de parution du dernier volume des bouquins qu’il a écrits sous le nom de Robert Faulcon, entre autres), je ne peux pas dire que je le connaissais, et je ne retire pas l’anecdote frappante qui permettrait de le résumer et d’en donner une image mémorable et éclairante.

C’était quelqu’un de très bien, un mémorable écrivain. Il n’est pas mort. Lisez-le.

Publicités

Actions

Information

One response

30 11 2009
artemus dada

En apprenant son décès j’ai ressorti « Le passe-muraille » pour en lire quelques passages. Ce n’est pas grand chose, mais comme tu le dis fort justement : il n’est pas mort, je le lis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :