Au milieu du chemin de notre vie de janvier…

16 01 2010

Vingt minutes de neige...

Janvier est un mois haïssable. D’abord parce qu’il fait froid, mais généralement un froid détestable, gris et pluvieux. Bon, cette année, on notera un petit effort, et une jolie coloration blanche, quoique fugace, sur Bordeaux.

Pour le reste, janvier est traditionnellement un mois de remise de trados, et celui-ci ne fait pas exception. Je viens de terminer la relecture des épreuves de la nouvelle trado de Neverwhere au Diable vauvert, la version définitive souhaitée par Neil Gaiman (pas de modifications spectaculaires, mais des petits changements de ci de là, quelques ajouts mineurs, et une trado soigneusement repassée, pour éliminer les faux plis), ce qui me laisse désormais libre de terminer la relecture des trois volumes du Soldat de Gene Wolfe, qui seront réédités et édité, selon les cas, chez Lunes d’encre. Youpi. Tant de liberté, c’est grisant.

Janvier, c’est aussi la date du festival d’Angoulême, où je n’ai pas remis les pieds depuis six ou sept ans, sans signe majeur de manque. Mais il semble bien que, cette année, je me singulariserai et que j’irai y traîner mes guêtres, pour causer dans une discussion publique. Tant que c’est pas établi, j’en reste là.

Et enfin, janvier, c’est la dernière ligne droite avant que j’attaque de façon sérieuse mon prochain ouvrage d’érudition, de science brute et de bonne humeur. Après Cthulhu l’an dernier, ce sont les Monty Python qui vont être ma proie cette fois. Ça va me permettre de justifier l’existence de ma collection extensive d’ouvrages pythonesques, des biographies aux recueils de textes en passant par les exégèses, les survols de carrière et autres historiques de fondation de boîte de production cinématographique (d’ailleurs, histoire de ne pas me laisser surprendre comme je l’ai été sur le Cthulhu, je sens que je vais même commencer par la bibliographie). Et je vais devoir revoir tous les films et les diverses émissions de télé, et quelques émissions annexes, ce qui risque de ne pas être désagréable.

Y a aussi une bédé en gestation pour dans pas si longtemps (un indice: Régence), et je me mords sauvagement dans des endroits difficiles d’accès pour avoir été me fourrer dans cette galère; sans compter un comic strip pour le Net qui était mon projet 2009, et deux ou trois autres activités qui devraient me tenir occupé un moment.

Finalement, si je hais janvier, c’est parce que ce pourrait être le dernier moment de calme avant que l’année déboule vraiment, et que je suis trop occupé à achever les vestiges de l’an passé pour en profiter. Tout cela est bien déprimant.

Publicités

Actions

Information

2 responses

16 01 2010
Fulchibartemus dada

Un livre sur les Mony Python ?! excellente nouvelle ça. ……. Et une BD, mazette ! 2010 s’annonce plutôt sous de bons auspices. D’autant que par chez moi il a neigé pas loin de 50 cm de neige.
Oui décidément 2010 semble s’annoncer comme un bon cru.

16 01 2010
mantichore

Le Monty Python, je suis content. La bédé, je stresse autant que ça me fait plaisir de redessiner. On verra en décembre, au bilan de l’année, ce que ça a donné en vrai…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :