Tel l’émule du Pape

17 09 2010

Mise en place pour FantasyCon 2010, comme toujours à Nottingham.

Comme l’événement est bref (début le vendredi soir, fin à midi le dimanche, pratiquement), autant être sur place dès le départ pour ne rien en perdre. J’ai échangé la pluie de Bordeaux contre le soleil d’Angleterre, mais j’ai perdu au moins cinq degrés dans l’affaire — peut-être plus. L’atterrissage à Luton s’est fait dans une ambiance on ne peut plus britannique: pendant le vol, j’écoutais sur mon iPod la dernière soirée des Proms (c’était la semaine dernière) et l’approche finale s’est déroulée sur « Land of Hope and Glory » (au milieu de nuages superbement fermes au regard, des forêts cotonneuses ou des îles flottantes, que l’avion frôlait comme s’il s’était agi de solides en suspension dans l’air) et le roulage de l’appareil jusqu’à son poste a été accompagné par le très bel arrangement de « God Save the Queen » de Benjamin Britten.

Croyez-moi, c’est quelque chose.

Tout le pays s’agite suite à la visite de Ben Sixteen en Écosse. Selon les écrans de télé dispatchés dans Luton, il aurait demandé qu’on s’abstienne « de toute agressivité séculière pendant son séjour et ses messes » — je ne sais pas trop de quoi il parle, mais pour un visiteur, je trouve, il a ses petites exigences, quand même. Et pendant ce temps-là, notre inénarrable Président joue à « Descends le dire si t’es un homme! » avec le sommet de Bruxelles. À défaut d’une époque tout à fait stimulante intellectuellement, nous vivons des temps « intéressants », comme on en souhaite en Chine aux gens auxquels on veut du mal.

Je craignais un peu que la coïncidence exacte de nos dates de visite, au Pape et à moi (je vous jure que c’est une totale coïncidence), ne me cause quelques désagréments au niveau de la gestion des vols et du contrôle aérien, mais l’aller s’est bien passé. Il faudra voir s’il en va de même dimanche, d’autant plus que, afin de rentrer dans la journée à Bordeaux, je vais effectuer un crochet un peu incongru par Édimbourg. Par chance, notre ami du Vatican sera en action à Glasgow, donc le tumulte devrait être moindre.

J’ai atteint Nottingham en bus à 18h. Le soir, les rues sont assez vides, à part au niveau des clubs et autres pubs, où des gamines en tenue de soirée, robes du soir à paillettes et autres artifices rient très fort en groupes serrés. Les garçons, habillés nettement moins chic, fument et s’apostrophent. Sur la place de la mairie, « la Nuit des Festivals », et sur une estrade, dansant aux accents d’un air brésilien, deux valeureuses jeunes femmes, vêtues d’une évocation de tenue à base de paillettes et de plumes, sourient de toutes leurs dents dans le froid et le petit vent qui balaie l’esplanade. Bel exemple de dévouement pour l’art.


Moins artiste qu’elles, je rentre à l’hôtel, parce que je commence un peu à avoir froid.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :