Raisonnement mécaniques

23 03 2016
alan-turing-the-imitation-game
.
Alan Turing est un jeune et brillant mathématicien, au comportement quelque peu asocial. Remarqué pour ses talents il se voit recruté pour un programme britannique ultra-secret pendant la Deuxième Guerre mondiale: casser Enigma, le code réputé inviolable des Allemands.
 .
La première moitié de The Imitation Game (Morten Tyldum — 2015)m’a assez horripilé, et j’ai compris une des raisons pour lesquelles j’aime Amadeus: le film de Forman ne commence pas par les mots «tiré d’une histoire vraie». S’il y a un genre de film qui commence à bien m’ennuyer, ce sont ces films soi-disant «tirés d’une histoire vraie» qui se déroulent selon tous les clichés du cinéma hollywoodien, toutes ces conventions qu’on rencontre à chaque fois et qui forment un idiome parfois agréable quand il est bien employé, mais qui ne sonne pas vrai pour deux sous. Ça commence comme ça, ici: le film recourt sans vergogne à toutes les ficelles classiques. On a droit aux réparties prévisibles (j’ai anticipé une ou deux fois la réplique, tellement elle était pavlovienne), à l’arrogant héros seul contre tous, à la brillante et pétillante jeune fille dont on fait la connaissance lors d’un incident pittoresque émaillé de quelques réparties bien senties, le coup de foudre visible, le rapport immédiat avec le génial héros dont on sait qu’il a raison alors que tout le monde est persuadé qu’il se fourvoie. C’est de l’hollywoodien, dans sa pire acception. Je ne connais pas la biographie de Turing, mais je suis convaincu que la façon dont les événements sont présentés n’entretient avec la vérité que de vagues rapports de bon voisinage. Les personnages taillés à la serpe et les coups de théâtre minutés sont trop commodes pour être vrais.
 .
the-imitation-game-1
.
Et puis ça s’améliore nettement quand enfin l’équipe décode Enigma (oups, pardon, je vous ai spoliés!😮 ). D’abord parce qu’une bonne scène de décryptage, où on trouve l’astuce avec le suspense de voir si ça va marcher, fonctionne toujours. Et ensuite, parce l’habileté du scénario apparaît en même temps que le code est brisé: avec deux mots, tout se met en place successivement. Je ne vous dirai pas lesquels, vous découvrirez ça vous-mêmes si vous voyez le film, mais on comprend Turing (peut-être trop bien — le décodage que nous présente le scénariste est sans doute trop simpliste), on voit tout se mettre en place: l’architecture de sa démarche, l’ordinateur, l’intelligence artificielle, le test. On voit aussi se préciser tout le côté noir de sa situation, ses responsabilités, ses contraintes, les forces qui s’opposent à lui et vont entraîner sa perte.
 .
L’ensemble est finalement beaucoup plus finement ouvragé que le début ne le laissait penser. Il n’est pas parfait, trop de scènes sentent l’aménagement dramatique, mais cette structure générale qui se dégage fait que finalement on s’attache au film parce qu’il est à l’image de son héros: plus heureux dans son intelligence (qui le guide) que dans ses sentiments (qu’il emploie sans les éprouver).
 .
Cumberbatch est très bien, et la sobriété de la fin tire beaucoup de puissance de ses brèves mais éloquentes scènes. Dance est toujours un régal dans un rôle un peu caricatural de baderne cassante. Mark Strong tient un assez rare rôle de non-méchant (il serait excessif de le traiter de gentil). Knightley est un peu le quota femme du film: son rôle ne convainc pas vraiment (on ne comprend pas trop où elle travaille pour être considérée comme membre de l’équipe principale), elle n’est là que pour éclairer le personnage de Turing. Le film ne passe vraiment pas le test de Bechdel. Au passage, j’ai reconnu dans un tout petit rôle (après avoir cherché un moment qui ça pouvait être) Steven Waddington. C’est très curieux: il a eu une période de succès non négligeable au cinéma (Le dernier des Mohicans, Carrington…) et puis il a quasiment disparu du grand écran. Je me demande bien ce qu’il s’est passé.
.
.
.
(Après coup, je suis allé regarder la fiche Wikipédia du film: il semble que le réaménagement de la vérité historique ait été encore pire que ce que je supposais, à un point qu’on peut déplorer, surtout dans un film anglais.)

Actions

Information

7 responses

23 03 2016
Artemus Dada

Une fort intéressante critique de ce film, mais comment pourrait-il en être autrement, d’autant que je n’en pense pas moins [-_ô] ; et surtout un réel plaisir de te voir/lire ici.

J’ai entendu dire que tu étais très actif sur Facebook, mais d’une part je n’utilise pas ce réseau et d’autre part (et surtout) je n’ai pas été foutu de trouver ta page (si j’étais plus dégourdi, j’aurais sûrement créé une page pour te lire, si cela avait été le cas).

Bref, je te souhaite une belle journée amigo !

23 03 2016
Mantichore

Salut, heureux de te retrouver aussi. C’est vrai que je suis plus actif sur FB, ça va plus vite, et c’est une façon d’être en contact avec pas mal de monde avec qui je n’ai sinon aucun contact. Mais j’ai moins le réflexe de poster des choses ici. Et puis, j’ai du boulot par ailleurs! Mais je vais essayer de me forcer.

23 03 2016
A.C. de Haenne

Enfin un nouvel article !

« Le film ne passe vraiment pas le test de Bechdel. » Kezako ?

Et je suis en gros d’accord avec toi, surtout à propos de ces films « tirés d’une histoire vraie… » Horripilant !

A.C.

23 03 2016
Mantichore

Google est ton ami: en gros, un film satisfait au test de Bechdel si il y a au moins un moment dans le film où deux femmes discutent ensemble, et que ce n’est pas du personnage principal. Histoire de voir si les femmes sont traitées autrement que des faire-valoir. Ce film échoue misérablement.

23 03 2016
A.C. de Haenne

Encore un truc de féministe !

A.C.

24 03 2016
Mantichore

Absolument.

26 03 2016
ZaÏtchick

Ce blog est vivant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :